09 81 34 64 56

Racer une histoire française qui dure

gants-femme-racer-austin

Aujourd’hui parlons un peu d’une marque française d’accessoires qui nous est indispensable : RACER, fabricant de gants, une belle aventure qui dure depuis 1927 et a démarré par la fabrication des gants de ski, à l’époque des skis en bois.

Fruit d’un savoir faire rigoureux à la recherche des technologies innovantes, RACER offre une large gamme de gantes pour motos, vélos, et sports d’hiver ainsi que des accessoires ( sous- gants, cache-cou, cagoules). Les gants RACER vous offre à la fois esthétique, confort et sécurité, quel que soit votre usage et quelle que soit la saison.

Voici les secrets de fabrication révélés par le fabricant français :

Click here to learn more

UN SAVANT MÉLANGE DE TRADITION ET DE NOUVELLES TECHNOLOGIES.
Depuis ses débuts en 1927, à Vendôme, la maison RACER® a mis au point et fabriqué plusieurs milliers de gants différents avec toujours la même exigence : confort, protection et qualité dans le temps.

La conception d’un gant commence dans notre bureau d’étude à Salon de Provence. On y trouve des échantillons de cuir, de tissus, de vieux gants vintage mais aussi des tissus en fibre optique ou une imprimante 3D. 4 designers planchent chaque jour sur les matériaux, les assemblages, les technologies d’hier et de demain. Car même si les possibilités techniques d’aujourd’hui n’ont plus rien voir avec celles du passé, le gant reste un produit artisanal extrêmement compliqué à fabriquer. Sa vocation : protéger le membre le plus complexe du corps humain : la main. Il requiert donc, plus que tout autre produit textile, un véritable savoir-faire.

Grossièrement, un gant se compose d’un tissu extérieur, d’une membrane qui le rend imperméable, d’une isolation nous protégeant du froid et d’une doublure en contact avec notre peau. Plus précisément, un gant RACER® est constitué en moyenne de plus de 100 éléments textiles.
Chacun de ses empiècements est choisi avec le plus grand soin. Il s’agit de trouver les meilleurs cuirs, les meilleurs tissus techniques, les meilleures membranes, isolants ou doublure. C’est alors que le savoir-faire RACER® intervient pour que cet assemblage si complexe soit le plus confortable, le plus efficace et le plus durable pour vos mains.
Chaque élément, découpé par pressage ou découpe laser, passe entre les mains de nos couturières qui commencent par assembler la «coque» extérieure et la doublure séparément. Celles-ci sont ensuite associées à la membrane et à l’isolation pour obtenir un produit semi-fini. Sont alors intégrés tous les accessoires qui viennent enrichir l’utilisation du gant comme les élastiques d’ajustement ou le cordon poignet.

Les gants RACER® les plus complexes peuvent demander jusqu’à
80 heures de fabrication, la précision de nos couturières est de
l’ordre du 1/2 millimètre.

Une fois la fabrication terminée, chaque produit est contrôlé avec le plus grand soin pour détecter la moindre imperfection. Le gant est ensuite préformé sur nos mannequins métalliques chauffants adaptés à chaque taille et profil de mains. Il est enfin repassé pour éviter tout pli disgracieux.

Toutes ses étapes permettent d’obtenir un produit de qualité, confortable et adapté à chaque usage et chaque personne. C’est tout ce dont vous êtes en droit d’attendre d’un gant RACER®.

1 – Designer 2 – Sélection des meilleures peaux 3 – Veille technologique sur les tissus de demain 4 – Découpe laser 5 – Coutures à la main 6 – Mannequin métallique de préformage

Benelli de bon augure pour 2018

benelli-leoncino-red

benelli-leoncino-red

Après une reprise pleine de promesses en 2017 placée sous le signe de la modernité avec un positionnement clair sur le marché des moyennes cylindrées, Benelli reprenait des parts de marché avec le succès non démenti des 125 Tornado Naked Tre, son 302 ABS et son TRK 502, qui tous deux accessibles aux permis A2, offrent des prestations qui ne lassent pas surprendre un public exigent et connaisseur.

En fin d’année, la société d’importation marseilleise DIP, par ailleurs importateur pour la France de la très célèbre Royal Enfield, importateur Keeway ( prorpiété de Benelli) et Daelim, ainsi que Orcal et concepteur du dernier modèle 125 la NK01, annonçait la fin de la collaboration entre elle et le constructeur sino-italien. Fin de partie pour l’importation d’une marque qui nous avait ravis en 2017 et promettait un avenir radieux avec les modèles présentés en Novembre à l’Eicma.

C’était sans compter sans le nouvel importateur MOTEO , un groupe à a solide expérience et à la hauteur des ambitions de Benelli, déjà importateur de Sym et de Bihr racing.

Grâce à cette nouvelle alliance, les motos présentées à Milan, de toute beauté, vont arriver en France à partir de février 2018, avec les modèles existants et leurs nouvelles versions, notamment une version 125 de la BN actuellement en 302, la très, très attendue Leoncino déclinée en plusieurs cylindrées et plusieurs versions et le TRK avec sa variante TRK X ( avec jantes à rayons et un nouveau coloris).

Que des bonnes nouvelles donc pour la nouvelle année et pour la marque qui remonte dans le coeur du public du fait de ses modèles d’excellente manufacture, ultra équipés d’origine pour des prix sensiblement similaires à la concurrence nettement moins généreuse en termes de prestations.

Royal Enfield au sommet en 2018

Tout le monde le sait désormais Royal Enfield après avoir travaillé durant plusieurs années pour présenter le projet le plus abouti, a présenté en Novembre dernier au Salon International de Milan , l’EICMA, son nouveau moteur bicylindre 650, un bloc de toute beauté, né de la recherche et développement que Royal Enfield a travaillé entre l’Inde, et le Royaume Uni où est installé le tout dernier centre technique de la marque, près de Birmingham.

Nous avons donc l’impatience de découvrir pour les beaux jours, la nouvelle Continental GT, et l’Interceptor, reprenant les noms de deux modèles mythiques de la marque, tous deux mus par le bloc bicylindre de 650 cm3.

Pour nous faire patienter, une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, l’Himalayan est désormais en concession ( arrivée répartie sur tout le mois de janvier en fonction des zones) et proposée en deux coloris, Graphit ou Snow, version équipée ou non avec des valises siglées Royal Enfield.

Elle est proposée jusqu’à fin mars à un prix de lancement de :

– 4495.00 € TTC en version non équipée
– 4795.00 € TTC en version équipée

A partir de fin mars les tarifs seront :
– 4795.00 € TTC pour la version non équipée
– 5295.00 € TTC pour la version équipée

Voici les propos du Président du groupe Monsieur Siddharta Lal à propos de la machine :

« Avec son design unique, l’Himalayan est une moto facile capable d’aller partout », assure M. Siddharta Lal, directeur général du groupe indien Eicher Motors Ltd, propriétaire de Royal Enfield, en soulignant que « ce n’est pas une moto intimidante, elle est abordable non seulement pour les pilotes aguerris mais elle ouvre aussi la voie à de nombreux autres, à qui elle donnera la confiance nécessaire pour sortir des sentiers battus ».

Avec ses 4,5 ch et 32 Nm pour 185 kg et 800mm de hauteur de selle, l ‘Himalayan est équipée du nouveau monocylindre LS410 de 411 cc longue course (78×86 mm) faiblement comprimé (9,5:1), simple arbre à cames en tête, qui fournit un couple de 32 Nm à 4000 tr/min et une puissance maximale de 24,5 ch à 6500 tr/mn.

« Son design épuré, son couple homogène et linéaire, la hauteur raisonnable de sa selle et ses suspensions à grand débattement font de l’Himalayan une moto adaptée aux longs trajets sur terrains accidentés tout autant qu’à la conduite en ville », toujours selon son constructeur.

Ce petit trail tant attendu qui n’avait pu être importé en version euro 3 pour des raisons de conformité, arrive en version Euro 4 pour notre plus grand bonheur et comme une confirmation du très beau parcours de Royal Enfield qui trouve en France un public conquis de plus en plus large.

A essayer dans votre concession à partir de fin janvier ! royal-enfield-himalayan-400

Royal Enfield sur la glace pour fêter 2018

Film : LA VOIE DE GLACES
( frozen ride 2017 )

Film de : clement GARGOULLAUD
Production : BABEL PRESS TV

partenaires : VINTAGE RIDES / ALTERNATIVE SideCar / la mutuelle des motards /ROYAL ENFIELD .

Une aventure exceptionnelle, des paysages à couper le souffle, un film poignant fait d’images, d’ambiances et de sensations inconnues… commencez l’année 2018 par une grande évasion en assistant à la projection privée du film tiré de la traversée en Mongolie du lac Gelé par l’écrivain voyageur Sylvain Tesson au guidon de Royal Enfield attelées de side Yeti par Alternative Side Car.

Jean Burdet nous fait l’amitié de projeter l’intégralité du film retraçant l’épopée dont il faisait partie et sera présent pour répondre à vos questions autour de la traditionnelle Galette des Rois, le

Dimanche 7 Janvier 2018 à partir de 10 heures.

Projection du film à 10h45. ( durée 52 min)

 » C’est comme une Triumph..mais en mieux ! »….

…..ce n’est pas moi qui le dit, mais un monsieur en scooter qui, arrêté à côté de moi à un feu rouge Place de la Bastille, me gratifie d’un joli sourire en me complimentant sur la moto avant d’asséner cette sentence lapidaire à l’égard de de nos consœurs britanniques !

Et oui, car ce matin, premier jour de beau temps après une semaine où il valait mieux posséder une arche qu’un deux roues pour se déplacer, je décide d’essayer le BENELLI TRK 502 pour vous faire part de mes impressions et vous livrer mes sensations, cette moto étant décidément pleine de surprises. Déjà que son look ravageur, qui a fait se tourner toutes les têtes sur ma route, m’avait conquise d’emblée, le pilotage de ce maxi trail urbain que pour la première fois je peux conduire malgré mon petit gabarit a fini de me séduire et je ne lui ai trouvé que des avantages. Etre au guidon de cette Benelli, ce n’est que du plaisir.

Dès la mise en route, le doux ronronnement du moteur ne laisse pas indifférent et laisse entendre de bonnes sensations quel que soit le régime et ce bien que la machine soit en rodage.

Je me mets en selle, la journée est belle, la route s’étire sous le ciel bleu, je suis bien calée derrière le réservoir de 20 litres, et les proportions de la moto sont idéales pour que chaque gabarit puisse y trouver son compte, soit un guidon large typiquement trail mais qui saura se rendre abordable pour ceux qui font (beaucoup) moins de 1m70…

J’enclenche la première, ce que me confirme l’indicateur de rapport engagé qui est une belle option pour une machine de ce prix. Tout me semble de l’équipement haut de gamme ( prise USB, indicateur de rapport engagé, supports valise et top case, pare mains, protections moteur, bulle haute, étriers radiaux) pour une machine dont le tarif la situe plus facilement dans le milieu de gamme des moyennes cylindrées. Du quasi suréquipé, comme il courant de le dire pour le monde automobile, donc.

Une fois sur la route, les première impressions trouvent confirmation à chaque kilomètre de bitume. J’ai déjà pris tous mes repères au bout d’à peine 2 ou 3 kilomètres, sa prise en main est aussi aisée que sa conduite fluide et rassurante.

Le bruit du moteur tient ses promesses : pour une moto en rodage, et alors que je suis encore en milieu urbain, donc à vitesse réduite, le couple est présent à chaque rapport et je n’ai pas l’impression de conduire une moto de 500 cm3.

La partie cycle ne se montre pas en reste. Chaque rond point est un prétexte à tester sa maniabilité, et sa tenue de route invite à se jouer de toutes les courbes, ce que chacun est tenté de faire dès qu’il enfourche un trail…

Entrée sur l’autoroute je prends de l’allure dans la voie d’insertion, avant de m’engager un coup d’œil furtif au compteur m’apprend que je suis déjà à 110 et seulement en quatrième. Par respect pour la mécanique je me fais plus douce sur la poignée de gaz tout en constatant qu’en effet il y a de la reprise et que les rapports montent facilement sans forcer.

Dans Paris sa maniabilité ne se dément pas, je me faufile entre les voitures avec une facilité déconcertante et même un certain plaisir tant le moteur répond à chacune de mes sollicitations pour le meilleur comme pour le pire quand des usagers indélicats ignorent l’usage du rétroviseur et que pour éviter l’impact je n’ai d’autres choix que de balancer la moto sur le côté en accélérant brutalement. On se rend compte alors que le plaisir est allié à la sécurité car son répondant permet de s’extraire rapidement de situations périlleuses que ce soit pour un évitement ou pour échapper à l’emprise de deux automobilistes qui vous prennent en tenaille.

Moi qui craignais de n’être pas objective, séduite que j’étais par cette moto sous tous ces rapports ( 6 et les autres..), je constate avec plaisir que partout où je vais je rencontre ( enfin surtout elle) un accueil intéressé mêlé d’admiration pour cette machine à la finition de grande qualité, avec des prestations dignes des plus grandes et pour une allure générale qui la place bien au dessus des concurrentes de sa gamme.

Sur l’autoroute, je me laisse aller à fixer l’horizon devant moi et savourer les sensations que j’éprouve confortablement installée derrière le guidon de la Benelli. Je vois défiler le bitume et le soleil ne gâte rien à l’affaire, cette moto est intéressante et rassurance, confortable et valorisante, je me prends à rêver que je pars en voyage. Et où, peu importe, je me sens au guidon de cette machine éprise d’un ineffable sentiment de liberté qui me transporte, quelle que soit la destination…

Royal Enfield voit rouge…

La marque ne cesse de grimper et de s’affirmer comme un acteur incontournable dans le monde du deux roues..

bien sûr rien n’est fait mais cela fait un moment que l’on en parle alors ce qui n’était qu’une rumeur tend de plus en plus à se concrétiser… je vous laisse lire

http://www.moto-station.com/article125457-rachat-ducati-royal-enfield-proposerait-2-milliards-de-dollars.html#TaqUdftuKk4s0vgI.01

 

 

 

C’est Royal

C’est Royal

Carberry

carberry

 

Notre cher constructeur indien n’en finit pas de faire parler de lui dans la presse cette année.

Alors que tout le monde retient son souffle en attendant de savoir quand va arriver le fameux bicylindre d’une capacité de 750 cm3, la percée de Royal Enfield est fulgurante et la marque s’affirme comme un acteur mondial incontestable sur le marché de la moto de moyenne cylindrée.

La rentrée est synonyme de nouveautés et nous laisser espérer de grandes choses pour la fin de l’année et l’année prochaine, la communauté va s’agrandir avec le développement de la gamme .

 

Quelques perles trouvées sur Internet qui en disent long sur les projets et promet de belles surprises pour les amateurs de la marque indémodable.

 

Want to install a 1 liter V-Twin engine in your Royal Enfield – Here’s how

Carberry 1.0-litre V-Twin motorcycle to be launched INR 7 lakhs in India

Royal Enfield 750cc will get ABS – New spy shots emerge

Un grand merci à Louis pour les liens d’articles …

Les risques augmentés sous la pluie

Les risques augmentés sous la pluie

Cette semaine, pluie tous les jours !

Cela suppose un équipement correct et une conduite adaptée pour éviter les risques inhérents à cette météo qui en réalité ne fait que rendre encore plus présents et potentiellement plus graves les aléas existant en permanence lorsque l’on est pilote de deux roues. Ainsi, pour commencer, il y a une perte de visibilité, pensez que cela vous concerne tout autant que les autres usagers de la route. Il faut donc se préoccuper de sa tenue, par exemple lors du choix de la combinaison de pluie, qui doit comporter des éléments réfléchissants, et de votre casque qui doit être absolument équipé d’un système anti-buée sur la visière.Les deux roues sont déjà trop souvent victimes d’autres usagers n’ayant pas perçu leur présence dans le flot de circulation, alors ayez bien à l’esprit quand vous circulez sous la pluie que celle-ci est comparable à la nuit. Ne négligez pas la qualité de vos gants car avoir les mains mouillées ou même humides n’est pas seulement désagréable, cela représente un réel danger en entraînant une perte de sensibilité au niveau des leviers.  Continuer la lecture

L’Himalayan, inédite en France, aujourd’hui chez Bella Moto

itineraire-himalayan-abijithmrao-trailbugadventures

itinerairehimalayanabijithmrao

Royal Enfield Himalayan Abijithmrao

royalenfield-himalayan-abijithmrao

L’Himalayan inédite en France, aujourd’hui chez Bella Moto

Aujourd’hui est un jour particulier pour nous.

Nous l’attendions demain, il est arrivé aujourd’hui, son passage était prévu depuis quelques semaines puisque Royal Enfield nous avait demandé de l’accueillir et de procéder sur sa moto au remplacement de son bras oscillant et de son amortisseur, mis à mal lors de son passage en Mongolie….
17 000 kilomètres et quatre mois plus tard Abijith est arrivé avec son Himalayan, la moto que nous attendons tous en France..la voilà, incroyable, avec ses dizaines de kilos de bagages, camera, GPS et tout l’attirail du parfait voyageur. Depuis le temps que nous ne la voyons qu’en photo, et que nous n’espérons que son importation et sa commercialisation en France, la voici sous nos yeux, dans la cour et bientôt dans l’atelier pour un remplacement de pièces envoyées depuis plusieurs jours par l’Inde afin de ne pas retarder Abijith dans son incroyable périple.

Nous sommes tellement heureux et fiers de recevoir cette moto, parce qu’elle n’a jamais été vue en France jusque là, parce que nous contribuons au magnifique projet de Abijith en remettant en état sa moto pour assurer la poursuite de son voyage en toute tranquillité et en sécurité, et parce qu’il arrive, en plein après midi, portant sur lui les traces de sa fascinante traversée faite de rencontres, de découvertes.
Son aventure est à suivre sur trails d’Azure, une page Facebook, un compte Instagram fourni et une page avec des vidéos et la possibilité de s’inscrire pour être tenu au courant de sa progression et suivre son actualité.

Une journée exceptionnelle qui nous fait totalement rêver et nous reconnecte avec l’essence de la moto, cet esprit de liberté, de partage, de rencontres et d’échanges. Faire la connaissance d’Abijith et suivre son projet, c’est s’évader en un instant, consulter les photos glanées au fil des pays, avec des paysages, des monuments, des gens et des instants qui semblent aussi furtifs que gravés dans le marbre par la chaleur et la richesse qui se dégagent de ces instantanés… Se sentir libre, suivre son envie de découvertes et satisfaire sa soif de rencontres en se confrontant au monde et en le ressentant pleinement, c’est la promesse je crois que nous poursuivons tous en choisissant de rouler en moto pour affirmer cette identité un peu différente qui nous rassemble dans la diversité autour de valeurs simples.