09 81 34 64 56

 » C’est comme une Triumph..mais en mieux ! »….

…..ce n’est pas moi qui le dit, mais un monsieur en scooter qui, arrêté à côté de moi à un feu rouge Place de la Bastille, me gratifie d’un joli sourire en me complimentant sur la moto avant d’asséner cette sentence lapidaire à l’égard de de nos consœurs britanniques !

Et oui, car ce matin, premier jour de beau temps après une semaine où il valait mieux posséder une arche qu’un deux roues pour se déplacer, je décide d’essayer le BENELLI TRK 502 pour vous faire part de mes impressions et vous livrer mes sensations, cette moto étant décidément pleine de surprises. Déjà que son look ravageur, qui a fait se tourner toutes les têtes sur ma route, m’avait conquise d’emblée, le pilotage de ce maxi trail urbain que pour la première fois je peux conduire malgré mon petit gabarit a fini de me séduire et je ne lui ai trouvé que des avantages. Etre au guidon de cette Benelli, ce n’est que du plaisir.

Dès la mise en route, le doux ronronnement du moteur ne laisse pas indifférent et laisse entendre de bonnes sensations quel que soit le régime et ce bien que la machine soit en rodage.

Je me mets en selle, la journée est belle, la route s’étire sous le ciel bleu, je suis bien calée derrière le réservoir de 20 litres, et les proportions de la moto sont idéales pour que chaque gabarit puisse y trouver son compte, soit un guidon large typiquement trail mais qui saura se rendre abordable pour ceux qui font (beaucoup) moins de 1m70…

J’enclenche la première, ce que me confirme l’indicateur de rapport engagé qui est une belle option pour une machine de ce prix. Tout me semble de l’équipement haut de gamme ( prise USB, indicateur de rapport engagé, supports valise et top case, pare mains, protections moteur, bulle haute, étriers radiaux) pour une machine dont le tarif la situe plus facilement dans le milieu de gamme des moyennes cylindrées. Du quasi suréquipé, comme il courant de le dire pour le monde automobile, donc.

Une fois sur la route, les première impressions trouvent confirmation à chaque kilomètre de bitume. J’ai déjà pris tous mes repères au bout d’à peine 2 ou 3 kilomètres, sa prise en main est aussi aisée que sa conduite fluide et rassurante.

Le bruit du moteur tient ses promesses : pour une moto en rodage, et alors que je suis encore en milieu urbain, donc à vitesse réduite, le couple est présent à chaque rapport et je n’ai pas l’impression de conduire une moto de 500 cm3.

La partie cycle ne se montre pas en reste. Chaque rond point est un prétexte à tester sa maniabilité, et sa tenue de route invite à se jouer de toutes les courbes, ce que chacun est tenté de faire dès qu’il enfourche un trail…

Entrée sur l’autoroute je prends de l’allure dans la voie d’insertion, avant de m’engager un coup d’œil furtif au compteur m’apprend que je suis déjà à 110 et seulement en quatrième. Par respect pour la mécanique je me fais plus douce sur la poignée de gaz tout en constatant qu’en effet il y a de la reprise et que les rapports montent facilement sans forcer.

Dans Paris sa maniabilité ne se dément pas, je me faufile entre les voitures avec une facilité déconcertante et même un certain plaisir tant le moteur répond à chacune de mes sollicitations pour le meilleur comme pour le pire quand des usagers indélicats ignorent l’usage du rétroviseur et que pour éviter l’impact je n’ai d’autres choix que de balancer la moto sur le côté en accélérant brutalement. On se rend compte alors que le plaisir est allié à la sécurité car son répondant permet de s’extraire rapidement de situations périlleuses que ce soit pour un évitement ou pour échapper à l’emprise de deux automobilistes qui vous prennent en tenaille.

Moi qui craignais de n’être pas objective, séduite que j’étais par cette moto sous tous ces rapports ( 6 et les autres..), je constate avec plaisir que partout où je vais je rencontre ( enfin surtout elle) un accueil intéressé mêlé d’admiration pour cette machine à la finition de grande qualité, avec des prestations dignes des plus grandes et pour une allure générale qui la place bien au dessus des concurrentes de sa gamme.

Sur l’autoroute, je me laisse aller à fixer l’horizon devant moi et savourer les sensations que j’éprouve confortablement installée derrière le guidon de la Benelli. Je vois défiler le bitume et le soleil ne gâte rien à l’affaire, cette moto est intéressante et rassurance, confortable et valorisante, je me prends à rêver que je pars en voyage. Et où, peu importe, je me sens au guidon de cette machine éprise d’un ineffable sentiment de liberté qui me transporte, quelle que soit la destination…